La couleur dans la nature

La nature nous émerveille par la variété des couleurs qu’elle offre. Nous retrouvons la couleur dans chaque être vivant.

La couleur des oiseaux

Les couleurs des oiseaux sont extraordinairement variées. Ces couleurs sont dues à des pigments qui se mettent en place au cours de la mue. Certains pigments absorbent une partie de la lumière, d’autres la diffractent.

Chez les oiseaux, les couleurs résultent de la décomposition de la lumière solaire.
La lumière verte ou bleue absorbée par un pigment renvoie du rouge vers l’œil, mais les couleurs de structure, contrairement à ces couleurs pigmentaires, sont obtenues par diffraction grâce aux microstructures des plumes.
Le jaune du canari est pigmentaire, le bleu d’un ara ou les couleurs d’un paon sont structurales.

Les pigments des oiseaux : mélanines et caroténoïdes

Les deux types de pigments retrouvés chez les oiseaux sont les caroténoïdes et les mélanines.

Les caroténoïdes sont responsables des couleurs rouges, roses, violets, crème ou encore orangés selon leur concentration dans les plumes.

Les mélanines sont synthétisées par la peau et mises en place dans les plumes en croissance par les mélanocytes. Le composé initial en est la tyrosine qui, polymérisée, forme l’eumélanine ou mélanine noire. Si la polymérisation n’a pas lieu, des molécules plus simples de phaéomélanines sont alors formées et donnent des couleurs allant du brun au roux. Les couleurs des plumes dépendent des mélanines plus ou moins associées à d’autres molécules.

Les couleurs des minéraux

La couleur des minéraux est naturelle. Nous retrouvons différents colorants naturels comme l’azurite, le lapis-lazuli, la malachite et le réalgar dans les minéraux. Nous pouvons aussi retrouver des colorants dans des terres. C’est le cas des ocres, les terres d’ombre et le vert de Vérone.

Les colorants des minéraux

Azurite
Carbonate basique de cuivre bleu (pigment bleu tirant vers le vert)
Blanc de titane (blanc éclatant)
Céruse ou blanc de plomb
Chrysocolle (vert ou bleu)
Cinabre
Sulfure de mercure (rouge)
Jaune de Naples
Lapis lazuli (bleu roi)
Alumino-silicate de sodium (le plus beau bleu)
Malachite (le plus ancien vert)
Massicot (jaune d’or)
Minium (rouge)
Orpiment (jaune)
Oxydes de fer (du jaune au noir)
Bisulfure d’arsenic (rouge orangé)
Vert de gris

Les couleurs de la terre

Les ocres offrent une gamme de teintes variées : du brun au jaune clair, du pourpre, du rouge et de l’orangé.
Les terres d’ombre nous donnent la terre d’ombre brûlée.
La terre de Sienne.
Le Vert de Vérone ou terre verte

Les couleurs végétales

Les couleurs végétales sont innombrables. Elles sont utilisées depuis des millénaires et il y a autant  de couleurs que d’espèces. En voici quelques exemples.

-Ancolie ou Iris : avec les fleurs de couleur bleu-violet on obtient un vert.
– Bois du Brésil : Pigment rose, rose violacé ou rouge.
– Carthame : colorant jaune.
Curcuma : colorant jaune d’or
Garance des teinturiers : couleur rouge la plus solide
– Gaude : colorant jaune
– Gomme-gutte : jaune
– Indigo : bleu
– Lichens : ils donnent diverses teintes allant du jaune au rouge, brun et rouge violacé.

– Nerprun : Cueillies vertes, les baies donnent un jaune vif et froid. Cueillies mûres, on obtient un vert foncé.
– Noir de lie de vin
– Noir de charbon : le plus ancien des noirs.
– Noir de liège : calcination de l’écorce du chêne liège afin d’obtenir du charbon.
– Noir de noyaux : calcination de noyaux des fruits tels que la pêche, l’abricot… ou de coques d’amande
– Noir de vigne : calcination de sarments de vigne. Noir bleuté. Fixe et stable Noir de fumée : obtenu à partir de la suie produite lors de la combustion de résineux. Son utilisation est la plus courante au monde.
– Noix de galle : Utilisée dans la fabrication des encres.

– pastel bleu

– Safran : étamine de crocus. Teinte jaune fragile
– Sang-de-dragon : exsudation du Calamus drago (palmier d’Indonésie). Résine rouge foncé.